Créer un PDF Recommander Imprimer

Présentation

Animée par Bernice Dubois



  • Qui Sommes-nous ?

Les femmes de la Commission sont agnostiques, athées, catholiques, juives, musulmanes, protestantes,… et nous sommes ouvertes à toutes, pourvu qu’elles soient pour la laïcité, les droits égaux des femmes et des hommes et une Europe démocratique et égalitaire. Nous comptons parmi nos participantes des associations telles que l’AFFDU, le C.E.F.W., FHE (Femmes et Hommes en Eglise), l’AFAF, le GAMS, Mouvement Jeunes Femmes, Comité des Femmes contre la lapidation, WICUR (Initiative de Femmes pour la Citoyenneté et les Droits Universels), LDIF, MPCT (Mouvement pour la Paix et Contre le Terrorisme) ou encore FFM.

 

 

  • Quels sont nos objectifs ?

Nous abordons tous les extrémismes religieux, quelles que soient les religions dont ils se réclament, en particulier leurs effets contre les droits et l’égalité des femmes et les violences exercées contre les femmes sous des prétextes religieux. Nous réclamons l’égalité entre femmes et hommes et les droits des femmes dans toutes les sociétés, dans tous les régimes.

 


  • Que faisons-nous ?

Pendant plus de 15 ans, nous étions actives à l’ONU à la Commission du Statut des Femmes à New York et à la Commission, devenue Conseil des droits humains à Genève. Nous y avons fait des déclarations verbales ou écrites chaque année, stigmatisant les actions de tout gouvernement ayant exercé des violences contre les femmes sous des prétextes religieux et/ou privant les femmes de leurs droits égaux sous ces mêmes prétextes. Nous avons écrit à ces divers gouvernements, ainsi qu’à l’ONU et au gouvernement français qui avait des relations diplomatiques avec ces Etats.

Nous avons cessé notre activité à l’ONU en voyant que l’OCI (Organisation de la Conférence Islamique), membre le plus important des 57 Etats qui constituent le Bloc des non-alignés (Bloc le plus puissant à l’ONU) exigeait des votes unanimes de tout ce Bloc. Le résultat fut que même si tous les pays démocratiques votaient toujours pour les droits des femmes (ce qui est très loin d’être le cas), ils ne gagneraient pas, et aucune avance n’est donc possible.

Nous organisons également des Soirées/débats à l’UNESCO et à la Mairie du 3ème arrondissement de Paris sur ces thèmes et agissons vis-à-vis des gouvernements européens, américains et autres, puis, à travers la CLEF, au niveau du LEF.

Enfin nous avons publié un petit livre résumant l’essentiel de nos activités de 1993 (création de notre Commission) et 2003, marquant nos 20 ans d’action.

 

Aujourd’hui nous réfléchissons à des outils (de préférence un peu ludiques) qui seraient utilisés dans les écoles primaires ou secondaires pour que les enfants soient sensibilisés à cette lutte contre les extrémismes religieux (Décision à prendre à la Rentrée).

 

 

INTERVENTIONS

en 2016