Créer un PDF Recommander Imprimer

CP : Stop à la remise en question du droit des polonaises à disposer de leur corps Pour un droit à l’avortement pour toutes les européennes

Deux ans à peine après sa remise en question en Espagne, c’est au tour de la Pologne de vouloir supprimer entièrement le droit à l’avortement. Déjà la plus restrictive d’Europe, la législation polonaise, en vigueur depuis 1993, pourrait interdire complètement l’avortement, même en cas de viol, de viol par inceste, ou de malformation du fœtus. Si le projet de loi aboutissait,  les femmes victimes de viol qui seraient enceintes et les mineures seraient contraintes de poursuivre leur grossesse à terme, le risque de santé pour la femme ne serait plus une raison suffisante pour avorter, même en cas de danger de mort, les fausses couches ou « avortements spontanés » seraient qualifiés de « meurtre fœtal » dans le code pénal et enfin le terme d’ « enfant non-né » pourrait empêcher toute interruption volontaire de grossesse, en dépit des droits garantis dans la constitution. Enfin, tout diagnostic prénatal permettant de déceler une malformation du fœtus deviendrait interdit, et les médecins pourraient être poursuivis pénalement. Même le recours à la contraception d’urgence serait assimilé à un avortement médicamenteux et serait complètement prohibé.

La peine maximale pour ceux et celles qui pratiqueraient un avortement passerait de 2 à 5 ans d’emprisonnement.

 

Ce projet de loi est directement inspiré par les intégristes catholiques anti-choix, enhardis par la présence au pouvoir du parti Droit et justice (PiS) majoritaire. L’Eglise catholique polonaise a même enjoint aux paroisses de débuter leur messe de dimanche 3 avril, par la lecture d’une lettre de l’épiscopat polonais appelant le gouvernement à légiférer en ce sens. Pourtant, des milliers de femmes et d’hommes ont manifesté dimanche dernier dans tout le pays pour protester contre le projet de loi.

 

La Coordination Française pour le Lobby Européen des Femmes (CLEF) s’insurge contre cette remise en question qui porte atteinte à la liberté fondamentale des femmes à disposer de leur corps. Au nom d’interdits religieux, les intégristes catholiques voudraient imposer leurs convictions  à toutes les polonaises et contrôler leur corps, alors même que, d’après un autre sondage, réalisé pour le quotidien Dziennik, la moitié de la population souhaiterait assouplir la législation actuelle. Et 80% des polonais se prononcent pour l’autorisation de l’IVG quand il existe un risque pour la vie de la mère et 73% quand la grossesse est le résultat d’un viol ou d’un inceste. Si ce projet aboutit, la loi provoquera l’augmentation des avortements illégaux pratiqués en Pologne et aggravera les inégalités entre les femmes qui pourront aller avorter dans les pays voisins, et celles qui recourront à des méthodes dangereuses, au péril de leur santé, et parfois de leur vie.

 

Depuis plusieurs années, la CLEF, aux côtés du Lobby Européen des Femmes, demande le respect des droits sexuels et reproductifs et l’intégration du droit à l’avortement dans la charte européenne des droits fondamentaux, afin que plus aucun pays de l’Union Européenne ne puisse remettre en question ce droit et que toute femme européenne puisse disposer de son corps librement. Cette année, à l’occasion de la 60ème Commission de la condition de la femme en mars 2016 aux Nations unies à New York, la CLEF et plusieurs partenaires ont lancé un appel international pour la reconnaissance des droits sexuels et reproductifs comme des droits universels et inaliénables et le respect de l’intégrité physique des femmes  (pour lire et  signer l’appel www.clef-femmes.fr).


La CLEF appelle le gouvernement polonais à abandonner ce projet de loi qui porte atteinte à la santé des femmes, à leur intégrité physique et au droit de disposer de leur corps, et était présente à la mobilisation à Paris dimanche 10 avril 2016 contre ce projet de loi qui fait fi des droits fondamentaux des femmes.

 

Contact presse : Françoise Morvan 06 03 13 56 24 / Julie Muret 06 19 25 43 61

 

Agenda

Aucun événement