Créer un PDF Recommander Imprimer

CP : Les droits des femmes mis en péril par le FN

Face aux résultats inquiétants du 1er tour des élections régionales dimanche 6 décembre, la Coordination Française pour le Lobby Européen des Femmes (CLEF) s'alarme du haut risque que le Front National prenne la tête de 6 régions sur 13.

 

 

En effet, la région est un échelon particulièrement stratégique pour les droits des femmes. Les collectivités locales sont de plus en plus tenues légalement d'adopter des politiques locales d'égalité femmes-hommes et d'intégrer le genre dans les politiques publiques. Les régions en font partie et vont devenir des collectivités de premier plan.

 

 

Les compétences régionales concernent le développement des transports, mais aussi les lycées, l'apprentissage, le développement économique, le soutien aux entrepreneur-e-s, la recherche, la lutte contre les discriminations et bien sûr le financement des associations féministes. La Région peut renforcer les services publics, lutter contre le harcèlement sexuel dans les transports en commun ou encore mener des actions d'insertion pour diminuer la précarité qui touche particulièrement les femmes ou encore contribuer à l'accompagnement de femmes victimes de violences.

 

 

Les représentant-e-s du Front national remettent en question systématiquement des acquis de haute lutte et bloque toutes avancées en matière de droits des femmes :

 

–                    Marion Maréchal-Le Pen a menacé de stopper les financements attribués au Planning Familial. Les séances d'éducation à l'égalité et aux sexualités qui sont réalisées dans les établissements scolaires seraient supprimées. Marine Le Pen parle fréquemment de déremboursement de l'IVG, ou encore que le coût d'un avortement ne saurait être supporté par l'Etat pour des « femmes étourdies ». Le droit à l'avortement devrait être un droit inaliénable pour toute femme, inscrit dans la charte européenne des droits fondamentaux.

–                    Les violences faites aux femmes qui touchent plus d'une femme sur 10 sont systématiquement minimisées, et au mieux renvoyées à une réalité internationale lointaine. Pourtant, les violences qui touchent les femmes sont souvent intrafamiliales, ou perpétrées par un proche. Les financements aux associations qui préviennent ou luttent contre ces violences, déjà précaires, pourraient être tout bonnement supprimés.

 

–                    Alors que deux de ses représentant-e-s sont des femmes, le Front national ne soutient pas la parité, qu'il attribue à un « égalitarisme forcé ». Ce parti d'extrême droite dirigé par une femme ne saurait faire oublier qu'il refuse le principe d'une égale participation des femmes à la prise de décision, pourtant constitutionnelle, mais au contraire souhaite les voir revenir à la maison. Sous couvert de « salaire parental », c'est bel et bien l'autonomie économique qui est menacée.

 

–                    L'exclusion des personnes issues de l'immigration ou réfugiées, dans une période troublée par les attentats, ne ferait qu'aggraver la stigmatisation et institutionnaliserait les discriminations. Le Front National est non seulement profondément sexiste, et souhaitant conforter la domination patriarcale, mais aussi raciste et xénophobe.

 

–                    Quant à une éventuelle sortie de l'Europe, quand on sait que la construction européenne a toujours été un point d'appui pour les droits des femmes, avec des nivellements par le haut des droits humains, ce serait une catastrophe.  Les parlementaires européenn-e-s FN votent systématiquement contre les mesures en faveur de l'égalité femmes-hommes : égalité professionnelle, violences faites aux femmes,  abolition du système prostitutionnel ou droit à l’avortement reconnu pour toutes les européennes.

 

–                    Enfin, le Front National est tout sauf un parti laïc, comme il se plait à le répéter partout, mais bel et bien inféodé aux églises catholiques les plus conservatrices. La laïcité n'est pas une valeur à géométrie variable, mais une garantie de vivre-ensemble et de paix.

 

 

Bref, ne laissons pas le FN s'emparer des régions dimanche prochain !

 

 


Contact presse :

Julie Muret : 06.19.25.43.61

Armelle Danet : 06.83.59.85.38

Agenda

Aucun événement